reference-dimage-1

L'autonomie par le travail et l'engagement de la jeunesse

En matière d'autonomie de la jeunesse (orientation n°2) d'une part, la Fondation a choisi comme thème prioritaire "l'alliance pour l'autonomie et l'engagement de la jeunesse" et en matière d'autonomie par le travail (orientation n°3), la Fondation a choisi comme thème d'engagement prioritaire "l'Economie sociale et solidaire (ESS)" et le soutien à des modèles économiques fondés sur la coopération, favorisant durablement l'autonomie des personnes en situation de précarité, d'autre part.

L'alliance pour l'autonomie et l'engagement de la jeunesse

Pour sa mandature 2020-2025 sur l'axe "Autonomie de la jeunesse", la Fondation d'entreprise AG2R LA MONDIALE s'est donnée pour objectif de soutenir l'engagement des jeunes. Cela traduit par le soutien à des projets collectifs de jeunes, et ce dans le cadre d'une alliance d'acteurs identifiés. Les projets s'entendent de l'initiative au projet plus structuré, portés par au moins deux jeunes, s'inscrivant dans l'intérêt général et contribuant aux Objectifs de développement durable (ODD).

Les partenaires de la démarche auront pour mission d'identifier, de mobiliser et d'accompagner des jeunes dans la construction et la réalisation de leur projet. Au nombre de six, les partenaires de la démarche jeunesse sont : le Collectif Parasites, Dreamakers, la Fondation AgroParisTech, le MRJC, Osons Ici et Maintenant et l'association Rivages.

La Fondation souhaite également donner à cette démarche une dimension européenne pour encourager la mobilité des jeunes, et ce grâce à l'expertise de l'association ADICE.

Enfin, la démarche jeunesse s'est dotée d'une fonction observatoire. Cet observatoire est envisagé sous l'angle du partage des bonnes pratiques d'accompagnement, du partage des méthodes, avec une fonction "centre de ressources".

En lien étroit avec l'équipe de la Fondation, l'observatoire et les différents partenaires du programme, une démarche d'évaluation est engagée tout au long du programme, menée par le Cabinet Eexiste.

Notre vision de l'Economie sociale et solidaire (ESS)

Ni alternative, ni simple composante de l'économie de marché, l'Economie sociale et solidaire poursuit des objectifs très ambitieux. "Dans un monde bouleversé par une succession de crises dont l'ampleur est sans doute inédite, l'ESS propose une diversité de solutions et une voie pour affronter l'avenir. Si elle accepte de sortir de sa marginalité et de grandir." Thierry Jeantet, Président de la Fondation.

Réparatrice, elle répond aux besoins sociaux et environnementaux des personnes et des territoires les plus fragiles. Elle intervient dans l'urgence ou dans la durée. Elle mobilise des soutiens de toute nature et ne laisse personne sur le bord de la route ;

Inclusive, elle considère que le travail, la participation et l'action collective constituent des vecteurs d'enrichissement et d'émancipation personnels, que l'accès à l'emploi pour toutes et tous, partout, est un objectif majeur, que la production de richesses n'est pas l'affaire de quelques-uns, qu'elle est à la portée de chacune et de chacun ;

Ancrée dans les territoires, elle repose essentiellement sur l'émergence de nouveaux modes de production, de consommation et d'échanges ;

Transformatrice, elle mise sur la capacité des personnes comme des organisations à renforcer le partage de la valeur créée et la participation de tous pour anticiper les ruptures. La créativité, la coopération et la mutualisation sont au fondement des modèles économiques socialement et écologiquement utiles.

Lutter contre le gaspillage alimentaire

La Fondation d'entreprise AG2R LA MONDIALE a soutenu au cours des années passées plusieurs projets portés par des acteurs de l'Economie sociale et solidaire, traitant de la revalorisation des invendus alimentaires, ou des surplus, à des fins d'alimentations humaines, sous des formes diverses.

En 2021, à l'occasion d'échanges avec ces acteurs, la Fondation a écouté les besoins présentés par chacun et a constaté un besoin commun de partage de pratiques, de mutualisation et de mise en réseau.

La réflexion engagée a été présentée à des fondations "amies" : la Fondation Carasso, la Fondation Carrefour, la Fondation Bonduelle et le Fonds de dotation Biocoop.

Par ailleurs, l'AFNOR, associée aux échanges, a présenté les travaux existants autour de la normalisation avec des travaux à deux niveaux :

  • national avec la mise en place d'un référentiel AFNOR SPEC couvrant trois volets : la distribution, la restauration collective et l'industrie alimentaire ;
  • international avec le Danemark qui a engagé un travail pour des normes ISO sur l'anti-gaspillage alimentaire.

Enfin, la Fondation s'est rapprochée d'ESS France pour travailler à la structuration du collectif et de la filière, au sein de son pôle "transition écologique". Ce pôle travaille avec les territoires et notamment en direction de la structuration des filières, en lien avec les CRESS.

Les critères et les modalités

La Fondation instruit tout au long de l'année des demandes de soutien pour des projets qui :

  • répondent aux Objectifs de développement durable (ODD) ;
  • reposent sur une démarche collective et citoyenne ;
  • permettent d'agir sur les causes au moins autant que sur les effets de la précarité ;
  • impliquent leurs principales parties prenantes dans la gouvernance ;
  • favorisent la prise d'initiatives économiques des personnes ;
  • contribuent au renforcement des solidarités à une échelle territoriale ;
  • se fondent sur une logique de coopération ou de mutualisation.

Chaque année, la Fondation d'entreprise AG2R LA MONDIALE remet un Grand Prix annuel réservé aux acteurs de l'ESS.